lac float tube

Où pêcher en float tube ? – Zones appropriées et réglementation en float tube

En France, la réglementation qui gravite autour des pêcheurs sur l’eau reste un peu obscure. En effet, la taille d’un float tube beaucoup plus réduite qu’un bateau de mer et plus proche d’une bouée de plage ne devrait l’autoriser que sur des zones de baignade autorisées. Cependant, rien n’est explicitement indiqué concernant sa réglementation y compris lorsque l’on cherche des informations sur les sites des fédérations ou des associations de pêcheurs. Vous êtes un peu lâchés en pleine nature. Nous allons donc vous éclaircir.

Dans cet article, nous vous présentons les endroits les plus appropriés à ce type de pêche. Vous allez également découvrir les règles qui régissent la navigation des float tubes ainsi que nos recommandations pour éviter les dangers et pratiquer en toute sécurité. Comme toute activité sur l’eau, des règles bien spécifiques restent tout de même à respecter en tant que pêcheur. 

Où pêcher en float-tube ? 

Lorsqu’on débute, il n’est pas rare de se questionner pour pouvoir pêcher en float tube. En France, cette pratique conquis de plus en plus de nouveaux pêcheurs en eau douce ou en mer puisqu’ils bénéficient des avantages du bateau sans ses inconvénients. Nous vous présentons donc ci-dessous les parcours appropriés et les zones à éviter.

Les espaces conseillés 

Étangs et grands lacs

Les float tubes sont aujourd’hui plus utilisés en eau douce notamment en lac ou étang pour la pêche aux carnassiers même si leur présence en mer arrive petit à petit. 

Avantages : Grâce à votre embarcation, vous pourrez facilement accéder à des zones difficilement atteignables depuis le bord ou des endroits propices aux poissons. Par exemple, vous pourrez pêcher à proximité d’un arbre couché dans l’eau inaccessible depuis la terre ferme, en grande profondeur au milieu d’un grand lac pour attraper les poissons cachés. De plus, l’eau est relativement calme et il est facile de vous propulser en palme. Ajoutons également que vous aurez beaucoup de place pour pêcher sans être gêné par le bord ou les rochers. 

Fleuves ou grandes rivières 

Il est également fréquent d’observer des pêcheurs en float tube sur des eaux un peu plus vives tels que les fleuves comme la Saône ou la Loire ou même en rivière à la recherche de gros carnassiers tels que le silure.

Avantages : Comme pour les lacs et étangs vous pourrez atteindre des zones difficiles mais surtout explorer de grandes étendues d’eau et ainsi augmenter vos chances de pêcher de nombreux carnassiers.

En mer 

De plus en plus de pêcheurs néophytes s’essayent sur l’eau salée. Nous vous conseillons de lire notre guide de la pêche en mer sur float tube et de sélectionner une catégorie de tubes résistants et stables en privilégiant des marques d’excellence. 

Avantages : En mer, il peut vite être frustrant de ne pas atteindre des endroits de plus grande profondeur depuis la plage ou même de manquer de moyens pour pouvoir placer son leurre suffisamment loin des rochers. La pêche au bar ou aux maquereaux nécessite parfois un bateau pour augmenter ses chances d’en attraper. Avec le float tube le problème est réglé vous pouvez vous permettre de quitter le bord. Attention tout de même à privilégier un jour où la mer dispose de bonnes conditions et à ne pas trop vous éloigner. L’installation d’un moteur est fortement conseillée.

Depuis un petit port 

Il est également sympa de pouvoir sortir votre float tube ou votre petite barque dans le port du village depuis le bout d’un petit pont.

Avantages : L’eau est souvent beaucoup plus calme qu’au large, et vous pouvez atteindre des zones entre les bateaux sans accrocher dans les ancres de toutes les embarcations présentes. Les ports sont en plus souvent appréciés des petits poissons qui y trouvent refuge.

Les espaces à éviter

Bien que de nombreux lieux soient pertinents pour la pêche en float tube, d’autres sont aussi dangereux et peu adaptés aux capacités d’une bouée flottante. Nous vous listons ci-dessous les endroits à ne pas explorer.

Marée à fort coefficient/courant 

Si vous ne voulez pas vous retrouver au large ou sur une plage voisine malgré vos efforts, évitez les grandes marées si vous pêchez sur l’Océan Atlantique. Au-delà des marées à fort coefficient, les espaces tels que les barrages, estuaires en encore baies sont à oublier puisque les courants sont très puissants et peuvent rapidement vous aspirer.

Mer fortement agitée 

N’essayez pas de lutter contre le vent ou les vagues, des gros bateaux de pêche n’y résistent pas parfois. Attendez des conditions plus clémentes même s’il faut patienter plusieurs jours. Rappelez-vous que vous êtes sur une bouée flottante équipée de matériel souvent prévue pour des eaux calmes. 

Proximité des rochers 

Les zones à faible profondeur à proximité des rochers ne doivent pas être explorées. En cas de contact ou de frottement répétés du PVC avec la roche, votre mini barque risque de s’user très vite voir d’exploser. Vous risquez également de perdre vos leurres préférés accrochés dans le fond pour de longues années. 

Rivières à cascade ou rapide

La mer n’est pas le seul endroit ou des espaces peuvent être à éviter. En effet, les rivières à fort débit d’eau peuvent vous mettre en danger. Nous vous recommandons vivement de préférer des zones à faible courant et d’éviter le barrage du coin.

Eau de faible profondeur 

Il vaut mieux quitter votre position sur le siège en posant vos jambes lorsque vous approchez du fond. Les frottements de l’embarcation avec le fond peuvent également rapidement endommager la chambre à air et vous amener à sortir le kit de réparation plus tôt que prévu.  

Eaux trop froides 

Même avec vos meilleurs waders, il peut être difficile de tenir une session de pêche si l’eau est trop froide. Pire encore, si vous vous renversez vous risquez le choc thermique.

Les interdictions

–    Pratiquer dans des zones interdites : Il arrive que certaines étendues d’eau soient interdites aux bateaux ainsi qu’à la baignade. Par conséquent, ne mettez pas votre embarcation à l’eau. En cas de doute, il convient de vous informer auprès de votre fédération de pêche de votre département pour connaître les secteurs interdits pour la pêche en float tube.

–    Naviguer de nuit : Il est formellement interdit de naviguer de nuit sans balisage lumineux. Ce n’est pas très pratique pour s’y retrouver en plus !

–    Pêcher en float tube sur des zones de baignades : Un peu dangereux pour les personnes qui se baignent.

–    La traîne : une technique de pêche interdite en float tube

–    Traction du float depuis la berge : une pratique interdite

Les obligations

Comme pour les pêcheurs depuis le bord, une carte de pêche est nécessaire. Adhérez ​​à l’Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA) en prenant une carte de pêche pour y être autorisé.

Laisser la priorité aux bateaux.

Respecter les consignes des agents en charge de la surveillance et des autorités de navigation.

Nos recommandations pour votre sécurité

Voici nos meilleurs conseils : 

–   Savoir nager : En cas de retournement de la barque dans une zone où vous n’avez pas pied, il est incontournable de savoir nager, d’être à l’aise dans l’eau et d’être capable de nager sur plusieurs dizaines de mètres.

–   Porter un gilet de sauvetage : Même si vous êtes à l’aise dans l’eau, nager avec des waders lourdes ou du matériel de pêche tout en tenant votre embarcation est très compliqué même si vous disposez de palmes. Le port du gilet est donc fortement conseillé.

–   Consulter le règlement de navigation de chaque département 

–   Vérifier la pression de votre float régulièrement : Il peut malheureusement arriver que votre float tube ait été endommagé lors de la mise à l’eau. Nous vous conseillons donc de vérifier régulièrement la pression de votre chambre à air. Si vous avez un doute, regagner le bord au plus vite pour protéger votre matériel.

–   Ne pas trop s’éloigner : Lancer une session de pêche sur l’eau avec le vent dans le dos c’est facile, mais il faut également penser au retour. Si vous vous éloignez de votre point de départ et que le vent ne joue pas en votre faveur, il peut être difficile voire impossible de revenir à votre point de départ. Il faudra donc ressortir votre carte ou votre plan sur téléphone pour retrouver votre voiture depuis une zone inconnue. Pour vos premières sorties, quelques centaines de mètres du point de départ sont largement suffisants. 

–   Garde son point de départ en vue : Il est déjà arrivé à de nombreux pêcheurs de ne pas retrouver leur parcours. Oubliez votre plan ou votre carte, le mieux reste de partir en s’assurant d’avoir des éléments remarquables (grand arbre, bâtiment, vallée) dans sa ligne de mire.

–   Partez avec votre téléphone chargé : On ne sait jamais, un appel téléphonique peut toujours vous être d’une grande utilité.

–   Arrêter l’activité si les conditions météorologiques sont mauvaises quelle que soit la saison : Un vent trop important ou une pluie torrentielle doivent vous stopper immédiatement. 

–   Ne pas pratiquer en cas d’eau trop agitée : Nous vous avons déjà expliqué cela dans les zones à éviter en float-tube.

–   Être en forme physique : Si vous ne disposez pas de moteur pour vous propulser,  palmer peut vite vous épuiser après quelques heures intensives.

Nous espérons vous avoir éclairci concernant vos doutes et vos questions relatives à la pêche sur float en pleine nature. Maintenant place à l’action, vous êtes prêts à pêcher sur l’eau quelle que soit la situation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.